Virée en Sidecar Ural sur les routes de Lozère, d’Aveyron et du Cantal (EP 1)

Paru dans SidKar 406 & 407 de septembre/octobre 2023

Garatakeu nous fait encore le plaisir de nous raconter ses péripéties uralistiques en compagnie de son compagnon Lapin ! Au programme de ce road trip en side-car sous le soleil nuageux du mois de juin : Run Lozère, Gorges du Tarn, Aveyron et Cantal. En route avec cet épisode 1, les 3 premiers jours !

Chicago pourquoi pas ?

Ben non parce que le lapin vient d’ajouter un an à son compteur et dans ses grandes dents. Il n’est plus tout jeune l’animal !!! Alors ce sera la France, c’est bien la France non ? Mon couturier personnel a préparé notre tenue pour aller “runner” tranquilou bilou dans les plus beaux villages de France.

Jour 1 : c’est l’été yesssss !!

Euh…pas vraiment car on se prend une saucée au démarrage, mais moi m’en fous complet ! La première étape sera Pont de Montvert. Mais avant pause-café à Joyeuse (au singulier hein ?). Suivi d’un autre arrêt où lapin qui cherche toujours la petite bête… La trouve.

Et moi je remarque une grosse chaîne en bord de route. Euh…Le mec qui a taillé ça l’avait rien à faire dans sa vie ou quoi ? Puis, soirée franche rigolade avec des randonneurs devant un verre de blanc au sirop de sureau. Laisse tomber le sureau !!!

Jour 2 : Si nos ancêtres avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête et ben…

Nous aussi. ça va nous tomber sur le coin du museau pour le lapin et sur le coin du nasique pour moi (oui, oui suis un singe). Nous revêtons donc de nos plus beaux ensembles de pluie.

“But” et il y a un gros “but”, le lapin m’a refilé une tenue PERMÉABLE, oui j’ai bien dit perméable. Pauvre Garatakeu, le poil tout trempé, les os aussi, qui claque des dents, ne disant mot, stoïque. Mais saviez-vous que le déluge a duré quarante jours et quarante nuits et Noé a dû sacrifier des animaux ? Là tout de suite je sacrifierai bien un lapin moi !!! Vais-je mourir de froid ?

Non mais nous échappons de peu à la roue d’un camion qui nous croise déclenchant un tsunami sur nos deux têtes. Lapin aveuglé par l’eau a gardé le contrôle de son engin les yeux fermés. Trop fort le lapin !!! Finalement je ne vais pas le sacrifier de suite.

Nous arrivâmes ruisselants, dégoulinants telles deux flaques d’eau mais en vie. Petit tour sans les combis car petite accalmie à l’arrivée, après séchage intensif afin de voir “Le point sublime” des gorges du Tarn. Et bim on s’en reprend une autre sur nos beaux habits tous secs. Moi je vous le dis, ce soir on se tape la cloche et je ne bois pas une seule goutte d’eau d’eau !

Jour 3 : où qu’on va ti ce matin ?

Ben on sait pas, on roule le nez au vent à fond les manettes, c’est-à-dire à 40 à l’heure. Parce que je ne sais pas si vous le savez mais en France nous avons 4400 espèces de fleurs. Bon je sais déjà, je vous en bouche un coin hein ? Mais le plus intéressant c’est que dans les Hautes Alpes il y en a 2200. Ah moins bêtes aujourd’hui hein ? A part moi qui reste bête puisque suis un petit Garatakeu. Et donc je cueille sans cesse avec mes yeux, mon cœur et mon âme tout au long de la route, des milliers de fleurs aux couleurs chatoyantes et différentes.

Imaginez une gerbe énorme de cette flore que je ramasse et dépose dans mon panier pour en garder le parfum, la beauté, l’essence et ce pour toujours, oui cela s’appelle l’inoubliable ! Garatakeu tu t’égares, tu t’égares, je bavasse, je bavasse et je viens de m’apercevoir que le Lapin m’emmène au col de l’Izoard. Mister Ural est assorti à la couleur des montagnes… La classe !

Pour finir sa course au col de l’Echelle et Serre Che, comprenez Serre Chevalier mais bon je me la pète un peu dans le coin où j’ai pu dans une autre vie dévaler les pentes à ski. Piou…Quelle magnifique journée encore et encore, c’est ça la vie ! Saint Chély nous révèlera sa source à l’intérieur du Moulin de Cénaret, charmante boutique dans un écrin de fleurs et de roses en particulier. Beau, beau, très beau et plutôt rare.

Le lapin est fasciné par l’eau (enfin pas la pluie) et moi par les fleurs que je cueille des yeux tout au long du parcours, mais que je ne puis mettre dans mon panier bien sûr mais qui m’enchantent de villages en villages, de demeures en demeures, de fontaines en ruisseaux, de ruisseaux en sources, de rivières en cascades : Sainte Enimie, Sainte Eulalie, Saint Côme, Espalion.

Confidence : Le lapin n’est pas un vrai lapin car aux carottes il préfère largement les gâteaux au petit déjeuner. Pas bon lapin pour ta santé !

> Découvrez les autres aventures de Lapin et Garatakeu

Un commentaire sur « Virée en Sidecar Ural sur les routes de Lozère, d’Aveyron et du Cantal (EP 1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *