0

L’usine d’Irbit

Usine Ural Irbit façade de l'usine URAL FRANCE

Il est assez rare de trouver des images de l’usine Ural d’Irbit (et encore plus de pourvoir en faire…)…Beaucoup de propriétaires ou futurs propriétaires de side-car Ural aimerai se rendre à l’usine pour partager quelques minutes avec les différents équipes qui construisent à la main ces superbes machines.

Les dernières images récentes dataient de 2012 par le biais d’un reportage de Moto Journal TV, qui, bien que le ton du journaliste puisse déplaire, permettait de visiter l’usine et de voir les ouvriers et ouvrières russes à l’oeuvre.

Nous sons trouvé  sur le site .ru un reportage photographique récent sur l’usine Ural d’Irbit. Ce reportage permet de voir différentes phase d’assemblage des modèles 2014 à moteur EFI.

L’histoire de la moto Ural remonte à plus de 70 ans. C’est l’une des rares marques au monde à produire ses motos en continu depuis si longtemps. De plus, Irbitsky Motozavod est le seul fabricant de motos lourdes en Russie et l’une des rares usines au monde à produire des motos avec side-car.

Les motos « Ural » font partie de l’histoire du développement de l’URSS. Elles personnifient plusieurs époques à la fois. Depuis le début de la production, c’est une moto guerrière. ElLes ont pris part aux hostilités sur les fronts de la Seconde Guerre mondiale et ont fait la fierté de l’Armée rouge.

Puis, dans les années d’après-guerre, « Ural » est devenu un motocyclette.

« Ural » était le rêve de tout agriculteur et jardinier collectif. L’achat d’une telle moto à cette époque devenait un réel problème: elles n’étaient pas disponibles à la vente. Habituellement, ils étaient attribués à des personnes honorées ou vendus «à la traction», et les heureux propriétaires prenaient soin de la machine miracle comme un héritage familial.

En URSS, la production d ‘«Ural» à son apogée atteint 120 000 unités par an. Mais ces jours sont révolus depuis longtemps et les Russes modernes n’ont plus besoin d’un tel nombre de motos obsolètes.

Peu à peu, « Urals » est devenu « un designer – un blanc », un objet de réglage et de « modification pour eux-mêmes » pour le mouvement émergent des motards, ainsi qu’un objet de collection.

À cet égard, les propriétaires de l’entreprise se sont appuyés sur le caractère unique de la moto, sur sa riche histoire et «faite à la main», si appréciée en Occident. Aujourd’hui, les clients sont souvent des étrangers. En conséquence, le prix d’une telle unicité a également augmenté. Par exemple, une nouvelle unité fabriquée en 2014 (injecteur) coûte à partir de 445 000 roubles. Mais, malgré le coût élevé, la demande d ‘«Ural» n’est pas seulement à l’étranger. Le nombre de propriétaires de cette rareté dans le pays augmente chaque année!

L’apparence des moteurs de «l’Ural» moderne n’a pas changé. Cependant, maintenant dans le processus de sa production, des pièces moulées de meilleure qualité, des tolérances plus précises, une peinture de haute qualité et un placage au chrome sont utilisées. Dans le même temps, la conception équilibrée du moteur boxer horizontal à deux cylindres avec roulements à rouleaux dans un cadre rigide est maintenue. Les motos Ural sont équipées de moteurs à quatre temps avec deux cylindres opposés refroidis par air, une boîte de vitesses à quatre vitesses avec marche arrière, un arbre, un embrayage à sec à deux disques et des amortisseurs à ressort

L’entreprise produit en moyenne un millier de motos par an. À première vue, il peut sembler que ce soit toujours le même « Ural », à peu près le même que celui de mon grand-père dans le garage. Mais en fait, c’est une moto complètement différente.

Les motos modernes sont peintes avec beaucoup de soin, en plusieurs étapes et, bien sûr, à la main! Et les femmes le font.

L’assemblage se fait également individuellement. La partie principale de la moto – le moteur – est assemblée par un seul maître, comme dans une usine Aston Martin.

Depuis 2014, pour la première fois dans l’histoire de la marque, l’usine a commencé à utiliser l’injection de carburant et les freins à disque sur toutes les roues d’une moto équipée d’un side-car.

À propos, IMZ est le seul fabricant de motos lourdes en Russie et l’une des rares usines au monde à produire des motos avec side-car. L’exportation est effectuée vers l’Australie, la Grande-Bretagne, la France, les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne, la Grèce, la Norvège, la Finlande, la Suède, l’Allemagne, l’Égypte, l’Iran, l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Uruguay, le Paraguay et de nombreux autres pays. Le nombre total de modèles vendus depuis la fondation de l’usine a dépassé 3,2 millions d’unités.

Les motos sont fabriquées en trois modifications principales: une seule et deux versions avec un side-car, dont l’un est un side-car à roues motrices.

À son tour, chaque modification a plusieurs options de conception, d’une édition limitée à une exécution individuelle à la demande du client.

Chaque moto est créée par la sueur et le sang des personnes qui l’ont construite. Chaque moto est unique. C’est un vrai vélo de fer avec une âme et du charisme! Et c’est gratifiant de voir que son histoire est loin d’être terminée!

Contexte historique:

En 1939, l’économie de l’URSS s’est développée selon le programme de planification d’avant-guerre. Malgré le pacte de non-agression, l’Union soviétique était bien consciente que la guerre avec l’Allemagne était inévitable. L’avancée de l’Allemagne nazie fut si rapide et efficace que l’Union soviétique craignit que l’usine de Moscou ne soit détruite par les bombardiers allemands. Il a été décidé de déplacer la production plus à l’est, dans la région des montagnes de l’Oural, inaccessible aux avions allemands et riche en ressources naturelles. L’usine a été ouverte dans la petite ville d’Irbit, qui jusqu’à la révolution de 1917 a joué un rôle important dans les opérations commerciales russes.

Le seul bâtiment industriel de la ville était une brasserie. Bientôt, il a été transformé en un bureau d’études, préparant la construction d’un complexe de production massif pour la production de motos M-72. Le 25 octobre 1942, les premiers M-72 sont envoyés au front. Pendant la Seconde Guerre mondiale, 9 799 motos M-72 ont été produites pour les détachements de reconnaissance et les troupes mobiles.
Après la guerre, l’usine continue de se développer et en 1950 elle produit sa trente millième moto. Depuis, plus de trois millions de motos ont été produites.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’usine de motocyclettes Irbit (IMZ) a été reconstruite. À la fin des années 1950, une usine en Ukraine a repris la production de l’Ural à des fins militaires, et l’IMZ a commencé à assembler l’Oural à des fins civiles. La popularité des motos de l’Ural n’a cessé de croître et, depuis 1960, l’usine s’est entièrement concentrée sur la production de motos civiles.

En novembre 1992, l’usine a été réorganisée en une société par actions « Uralmoto », 40% des actions étaient détenues par les dirigeants et les travailleurs de l’usine, 38% des actions étaient des bons de privatisation et 22% étaient la propriété du gouvernement. En juillet 2000, les actions du gouvernement ont été transférées aux investisseurs. Désormais, l’usine n’est plus une entreprise publique.

En 2008, dans le contexte de la crise économique mondiale, des investisseurs Américains ont racheté une majorité de parts dans l’usine d’Irbit.

Depuis 2008 les exigences du marché Américain ont énormément fait évoluer la qualité de fabrication.

Cliquez sur les images pour les agrandir et faites les défiler avec les flèches du clavier.

Vous pouvez consulter l’article original en cliquant ici.